Certains d’entre nous disent constamment beaucoup de mensonges sur l’argent. Qu’il s’agisse du temps de le dépenser ou du temps de l’investir. Ce sont des choses qui nous ralentissent et nous font perdre de précieuses occasions d’avoir de l’argent dans un avenir très proche. C’est pourquoi nous allons apporter ici 9 mensonges constants sur l’argent que nous répétons toujours, en mélangeant les mensonges sur les investissements et les dépenses. L’idée est de vous faire reconnaître qu’en fait un changement radical est nécessaire. L’argent tient une place importante dans nos vies, qu’on en ait ou pas, et la finance fait régulièrement la une des médias

On mérite

C’est le mensonge le plus répandu chez ceux qui dépensent de l’argent sans grande honte. Lorsque vous pensez à des dépenses ponctuelles, vous devez prêter attention à des choses importantes : la nécessité et la valeur. Lorsque vous êtes conscient de ces deux points, vous pouvez vous sortir de ce pétrin. Lorsque vous sautez ces questions de base, l’erreur est toujours d’acheter quelque chose qui n’était pas si nécessaire, du moins pour le moment, ou quelque chose qui a une valeur qui pourrait être négociable.

Par conséquent, si vous pratiquez ce mensonge, vous pouvez repenser ces manières, en visant toujours l’équilibre financier.

La personne à qui on la donne mérite

C’est une autre histoire racontée par tous ceux qui veulent trouver une excuse pour dépenser sans planification adéquate. Bien sûr, offrir un cadeau à quelqu’un que vous aimez, c’est bien, c’est très bien, mais c’est aussi intéressant si vous pouvez planifier cette dépense sans mettre vos finances en danger. Si vous êtes une personne avec laquelle vous avez un long contact, il n’est pas nécessaire de dépenser désespérément, après tout vous connaissez déjà les dates spéciales et vous pouvez très bien planifier cet investissement à faire. Vouloir donner à quelqu’un pour rien ne fait que renforcer le manque de planification financière.

Vous avez besoin de connaissances sur les stocks pour investir

Il n’y a pas de lien entre la connaissance et l’investissement. Du moins dans ce contexte. Il est logique que si vous connaissez déjà ou avez un minimum de connaissances en matière d’investissements ou d’applications, tout devient beaucoup plus simple, et vous ne passerez certainement pas par certaines complications typiques du domaine lui-même. Toutefois, cela ne suffit pas non plus pour que vous cessiez d’investir dans les actions. Il existe des conseillers financiers qui peuvent vous guider dans cette direction, ou même les banques elles-mêmes peuvent vous indiquer la situation qui correspond le mieux à votre réalité et la meilleure proposition pour investir et entamer cette trajectoire.

On n’a pas les moyens de faire un investissement

Vous utilisez toujours cette excuse par peur. Ils disent généralement que c’est par peur de perdre ce que vous avez déjà. D’autres disent qu’ils ont peur de perdre ce que vous n’avez pas. C’est une contrevérité qui ne fait que perturber la vie de ceux qui veulent mettre de l’ordre dans leur vie financière. Il est évident qu’un investissement comporte un certain risque et vous le savez. Mais vous avez toujours de quoi investir. Il faut du courage et un sens de ce qui peut être rentable ou non. De cette façon, l’investissement apportera de bons bénéfices.

On ne l’a pas encore.

Penser comme ça n’aide en rien. Lorsque vous pensez à acheter quelque chose juste parce que vous ne l’avez pas, vous trouvez une excuse plus que boiteuse pour dépenser juste pour dépenser. Et cela met en péril l’ensemble de sa planification et de son contrôle financier, puisqu’il n’est pas prêt pour cela. En revanche, lorsque vous n’avez pas quelque chose et que vous voulez l’acquérir, vous planifiez à l’avance, afin que les finances ne soient pas compromises. C’est ainsi que l’on construit une relation de consommation saine sans perdre le contrôle de son argent.

On se sens triste, on doit acheter

C’est peut-être le plus grand péché dans le monde de la finance. Acheter pour soulager son chagrin peut conduire à un comportement malsain, qui consiste à acheter chaque fois que l’on est frustré. Cela pourrait entraîner un énorme déséquilibre de vos finances et vous mettre en difficulté. Si vous êtes triste, trouvez d’autres moyens de vous détendre. Cherchez un moyen qui ne gaspille pas d’argent, que ce soit en parlant à quelqu’un, en écoutant de la bonne musique ou en regardant un film. La chose la plus recommandée est d’éviter de sortir faire des courses lorsque vous vous sentez comme ça.

On n’a pas à se soucier de la retraite

Certaines personnes, lorsqu’elles sont jeunes, pensent qu’investir dans la retraite, qu’elle soit publique ou privée, est quelque chose qui ne mérite pas d’attention. Après tout, vous êtes à plein régime et vous disposez d’un revenu stable, et en plus, vous êtes trop loin pour commencer à penser à ce genre de situation. C’est certainement la plus mauvaise décision que vous puissiez prendre. Commencer à investir dans la retraite, c’est pouvoir garantir un avenir beaucoup plus serein et sans grandes frayeurs. Ainsi, vous n’avez pas à dépendre des revenus d’une autre partie et vous pouvez choisir d’arrêter de travailler, si vous le préférez.

Il est trop tard, il ne sert à rien d’investir dans la retraite

C’est l’autre extrême : des gens qui croient que parce qu’ils sont vieux, il n’y a plus de temps à investir dans l’aide sociale. C’est un autre mensonge que nous nous racontons à nous-mêmes et qui entrave tous nos investissements et nos possibilités de croissance financière. Il n’est jamais trop tard pour investir dans l’aide sociale, qu’elle soit privée ou publique. Un investissement dans le bien-être est un investissement qui a un bon rendement et qui peut garantir un avenir beaucoup plus stable. À tout moment de la vie, il est nécessaire et important d’investir dans le bien-être.

On a des conditions pour cela

Qui n’a pas déjà été pris dans ce mensonge ? Chaque fois qu’il reste un peu trop d’argent, c’est toujours une raison de faire la fête et de dépenser. Il est certain que vous faites cela sans analyser ou consulter le budget mensuel, et vous devez toujours courir après la perte, pour mettre de l’argent là où il n’aurait pas dû s’arrêter. Car cela n’existe pas. S’il vous reste de l’argent, vérifiez s’il y a des comptes impayés ou si vous avez une certaine prévision de revenus pour le mois prochain. De cette façon, vous pouvez contrôler toutes vos dépenses et vous n’aurez certainement pas à subir autant de peurs inutiles qui vous privent de sommeil.

L’argent c’est le pouvoir

C’est une croyance très largement répandue et qui se réalise en grande partie parce qu’on y croit . Croyance qui repose sur deux images fausses :

a) les gens riches possèdent beaucoup de choses, ou si on est une grande entreprise, on est grande consommatrice de ressources et on prends de la place dans l’économie.

b) Les pauvres n’ont pas la maîtrise de leur destinée du fait de leur dénuement.

Ce n’est pas bien de s’endetter

Il est en général accepté de s’endetter pour un particulier seulement pour l’achat de sa maison, pour une entreprise si elle est solvable, et vraiment mal vu pour les collectivités territoriales ou les pouvoirs publics. Pour le reste, l’endettement est souvent mal perçu et est facilement associé à du surendettement. Il est important de comprendre que la dette et l’argent sont les deux faces d’une même pièce. L’argent que vous détenez dans votre portefeuille ou sur votre compte en banque est une promesse de votre banque centrale de vous rendre l’argent contre la valeur faciale de votre billet. La banque devient votre débiteur et vous êtes le créditeur. L’existence de la dette n’est ni bonne ni mauvaise mais constitue un phénomène automatique dans un système comptable. La relation débiteur/créancier se trouve au cœur des systèmes monétaires et financiers du monde entier. Quand l’argent existe déjà, c’est un nouvel accord qui se crée entre créancier et débiteur, prenant la forme d’une promesse de paiement signée. Cette création s’ajoute à toutes les promesses gonflant ainsi le volume de d’argent.

Il faut posséder au moins une certaine somme d’argent pour être heureux

La plupart du temps, quand on se fixe une somme d’argent minimale pour atteindre un objectif qualitatif, le minimum aura doublé au moment où la somme de départ aura été atteinte. Le schéma mental en toile de fond est la crainte d’un manque futur qui nous fait fixer des sommes minimales mais cette crainte ne sera pas apaisée par une somme d’argent car son origine est ailleurs. Les programmes d’aide aux pays en voie de développement s’appuient très souvent sur ce mensonge en essayant d’atténuer la pauvreté en augmentant le revenu minimum. Mais cette augmentation du revenu est réalisée sans s’appuyer sur les ressources matérielles et créatives du pays ou de ses habitants, il en résulte plutôt une dépendance plus grande à l’égard d’intervenants et facteurs extérieurs.

L’amour de l’argent est source de tous les maux

Aimer l’argent au point d’en être cupide ou stupide pourrait être une façon de combler un manque. Il n’y a jamais assez pour moi alors je veux de l’argent, de l’argent, de l’argent ce pourrait tout aussi bien être de la nourriture ou du sexe. Que faire ? Tenter de comprendre ce qui manque et donner avec amour, par exemple donnez de l’argent avec amour et observez.

Les riches devraient donner plus aux pauvres

Il serait souhaitable de transformer le point de vue qui nous fait souvent penser les gens riches sont cupides, les pauvres sont nécessiteux par le point de vue les gens réellement riches le sont avec n’importe quelle somme d’argent, idem pour les pauvres. Ce qui déplace le débat sur un terrain plus en lien avec les ressources intérieures de chacun. Une redistribution monétaire forcée ne produirait probablement que des effets de courte durée. Alors que si le don vient du cœur, les répercussions peuvent être considérables sur le destinataire et peuvent potentiellement entraîner une spirale dynamique de circulation et de redistribution de l’argent.

L’argent, c’est la liberté

Il suffit pour cela d’observer que ceux qui organisent leur vie de manière à gagner beaucoup d’argent pour être libres demain ne sont jamais libres. La liberté se vit au présent, la liberté c’est maintenant. Pour commencer un projet, il faut de l’argent, un plan d’affaires, un budget Ceux qui ont réussi n’ont pas démarré avec de l’argent et un business plan mais en concentrant toute leur attention sur la réalisation d’un projet bien défini avec ou sans ressources au départ. La difficulté arrive quand le financier devient la question n°1 au lieu d’être au service de l’objectif du projet. Financièrement, si quelqu’un gagne, un autre perd, c’est la logique mathématique. Ce n’est ni bien ni mal, c’est ce qui est. Se mettre dans un schéma de pensée où tout le monde peut réaliser un profit en même temps c’est aussi stigmatiser la perte, ce qui est faux. La perte fait partie du cycle. Tout le monde ne peut être au même endroit au même moment sous peine de fort déséquilibre.

L’argent c’est l’indépendance

C’est facile de croire cela, mais la vie n’est ni meilleure ni pire quand on gère soi-même sa propre activité en ayant conscience d’être à la source de cette indépendance et en assumant la responsabilité qui en résulte. L’argent n’a rien à voir avec l’indépendance qui est un état d’esprit. La dépendance n’est pas le contraire de l’indépendance. C’est une réalité qui fait partie intégrante de notre vie qui nous fait dépendre les uns des autres dans nos actions. En ce sens, l’argent joue un rôle dans nos échanges, mais c’est ce que nous mettons dans la relation qui crée ou non la dépendance.

La retraite et les économies garantiront une vieillesse paisible

On s’attaque dans ce chapitre à ce qu’on qualifie de fraude de la part du secteur des retraites et des assurances administrant les retraites en assurant que le pouvoir d’achat sera garanti. Ce secteur ne pourra pas produire les rendements permettant de maintenir le pouvoir d’achat pour différentes raisons :

a) La démographie : diminution des actifs, augmentation des retraités, allongement de la durée de vie. Ces facteurs sont connus depuis longtemps par les gouvernements, qui continuent de les ignorer et ont introduit une cotisation supplémentaire obligatoire pour un régime de capitalisation. Qui ne pourra pas plus répondre à sa promesse de vous verser votre retraite.

b) L’effet redistributif de plus en plus rapide du système des intérêts composés. Les revenus auxquels vous renoncez dès à présent pour assurer votre retraite future constituent d’importantes promesses à partir desquelles les gestionnaires des fonds créent d’énormes volumes d’instruments financiers, dont ils perçoivent les intérêts maintenant quand vous percevrez votre retraite dans plusieurs années (peut-être).

c) L’essentiel des gestionnaires de fonds ne créent aucune richesse réelle car ils spéculent, le plus souvent, sur des investissements déjà créés.

Mais que faire ? C’est d’abord votre état d’esprit, votre santé physique et vos relations sociales qui contribueront le plus à vous assurer une retraite tranquille. Alors, si vous avez un peu d’argent en réserve, vous pourriez peut-être le consacrer à développer ces aspects et en tous cas, veillez à savoir où vous placez votre argent pour constituer un capital retraite.

L’argent c’est le problème, l’argent c’est la solution

L’argent est souvent mis en avant comme la source de tous les problèmes mais aussi comme leur solution potentielle. Or, ce n’est jamais le cas. Si on prend le temps d’observer et de comprendre ce qui crée problème, c’est en général la qualité de la relation entre les parties. Au même titre que la liberté, l’indépendance, la sécurité, le bonheur, la facilité de la vie ne réside pas dans l’argent. L’importance de l’argent réside en ce qu’il nous montre avec précision les chemins individuels et collectifs qui nous attendent.