Depuis un certain temps déjà, l’Open Banking est au centre de nombreuses discussions sur l’avenir du secteur financier. Presque chaque jour, les opportunités évoluent, non seulement, sous l’impulsion des entreprises technologiques, mais aussi des banques elles-mêmes.

L’Open Banking, en vogue

Banque ouverte, les autres termes utilisés sont “platform banking”, “API banking”, “banking-as-a-service” ou “écosystème bancaire”. Pour les banques et les caisses d’épargne, derrière ceux-ci se cachent de nouveaux modèles commerciaux. En fait, ces nouvelles tendances reposent sur l’idée qu’elles ne doivent plus couvrir toute l’étendue de la chaîne de valeur, mais faire appel à une variété de fournisseurs de produits et de partenaires. Au cours de la numérisation, ceux-ci sont mis en réseau avec les systèmes et les clients d’un établissement financier. Et par le biais d’interfaces, ses solutions sont plus ou moins ouvertes, pour tous les clients de la banque.

L’Open Banking s’internationalise

Difficile à croire, mais ce débat sur la banque ouverte est perçue, principalement, sur d’autres continents, comme une innovation européenne, dans le sillage de la DSP2. Aujourd’hui, cependant, elle se répand à un rythme similaire au niveau international.

En outre, partout, on entend dire que le modèle offre aux banques des bénéfices élevés et des possibilités de croissance. Les clients, si nombreux, accueilleraient favorablement cette mesure, car elle permettrait d’accroître la concurrence, la transparence et le choix. Ainsi, les banques devraient choisir entre différents modèles commerciaux, comme solutions.

L’ouverture des banques devient un phénomène mondial

Le passage à une banque ouverte s’accélère. Les institutions financières du monde entier devraient reconnaître les opportunités qu’elle présente et ne pas la considérer comme une autre menace, un inconvénient ou un défi de conformité.

Prenez, par exemple, l’expérience de l’ouverture des banques au Royaume-Uni. Selon de nombreux experts, ce pays est très avancé dans le domaine de la banque ouverte. En théorie, 90 % de sa population a déjà accès à des services bancaires ouverts.

Aussi, pour ce nouveau concept de la banque, les fournisseurs de technologies se positionnent comme des partenaires. Comme le cas d’IBM, il veut profiter de l’ère de la banque ouverte. C’est pourquoi, désormais, il présente la plate-forme Open Banking. Surtout, cette banque l’a lancé afin de combler le fossé entre les systèmes existants et l’avenir des API. Et selon la conception technique de cette dernière, elle devrait aider les banques à répondre aux nouvelles exigences réglementaires telles que la DSP2.

Le réseau de l’Open Banking s’appuie sur des API standard

Le réseau d’architecture du secteur bancaire e.V. (BIAN), à laquelle appartiennent de nombreuses banques internationales et entreprises partenaires, a publié une bibliothèque numérique avec plus de 65 API standard. Ainsi, Bian dévoile le marché libre des API pour les banques. Elles sont, surtout, créées pour réduire la complexité de la mise en place et de la fourniture de fonctionnalités bancaires ouvertes. Egalement, elles fournissent, aux banques, des orientations claires pour la mise en œuvre de services numériques innovants et intuitifs, pour les fonctions de back-end et de clientèle.

D’autres contributions intéressantes pour les conversations bancaires

Les banques peuvent sortir du battage médiatique, grâce à l’utilisation des Chatbots ou assistants virtuels. Même les noms sont déroutants, ces options logicielles, basées sur le texte et la voix, offrent une promesse très réelle. De la sorte, elles permettent d’améliorer l’expérience des clients. Mais, les exemples montrent que les succès rapides sont rares. Toutefois, elles permettent de faire la distinction entre les mythes, la réalité. Elles facilitent, également, la cherche des moyens praticables, notamment, pour la mise en œuvre de cet important canal de banque de détail.

Un mobile sans mots de passe, avenir de l’Open Banking

Sur ce sujet, la question se pose : Pourquoi l’authentification mobile, sans mot de passe, est l’avenir de la finance ?

Dans le cadre de la numérisation, aux services financiers, un accès numérique fluide et sans restriction devient de plus en plus important. Dans cette conception, il y a deux considérations contradictoires : Facilité d’utilisation et sécurité. Ce conflit n’est, nulle part, plus prononcé que dans le secteur de la banque. Le smartphone pourrait s’avérer être la clé de la solution dans ce domaine.