Différent, mais pas trop. La belle affaire ? Mais différent de quoi ? De qui ? En se basant sur l’univers commercial, il faudrait donc être différent de ses concurrents, mais ils sont nombreux à dire qu’il ne faut pas se soucier du concurrent. Se concentrer sur le client et garder le modèle commercial simple sont deux éléments essentiels et l’état d’esprit de la stratégie de différenciation d’une banque 

Une banque : plusieurs années de succès différents

Certaine banque a toujours mis l’accent sur la simplicité de son modèle d’entreprise. Pour aller plus loin dans la généralisation : il s’agit de la lutte constante contre la complexité. La complexité est le diable et menace pratiquement tous les modèles commerciaux, en particulier dans les domaines réglementés. La lutte contre la complexité est une tâche quotidienne. C’est pourquoi la stratégie consiste à faire en sorte que le modèle commercial continue à tenir sur un sous-verre à l’avenir.

La clé du bonheur succès : se concentrer sur le client

La mise en œuvre de la devise consistant à mettre le client au centre de tout n’est pas si facile. Cela a joué un rôle central du premier  bonheur succès depuis plusieurs années pour une banque, mais c’est plus facile à dire qu’à faire. La meilleure façon d’y parvenir est la simplicité et ceux qui ne l’internalisent pas auront du mal avec la modernisation et la numérisation. Afin de façonner et de faire avancer activement le développement, il faut être agile et léger. Plusieurs banques ont la réputation d’appliquer efficacement le modèle direct et donc de changer, voire de réinventer le secteur. Le modèle d’entreprise tient sur un sous-verre, et l’idée qui le sous-tend est toujours là.

Les employés vivent la culture allemande et néerlandaise.

Bien qu’on soit plus une banque allemande qu’une banque néerlandaise, nombreuses banques présentent un beau mélange d’histoire syndicale et de culture néerlandaise. Cela se complète bien, car les deux parties apportent quelque chose d’informel et un certain relâchement à la table. Cela s’est avéré très fructueux et on a permis de devenir une banque légèrement différente et de donner aux employés le sentiment qu’ils peuvent faire la différence. 

Le rôle social d’une banque

En tant que banque, on est naturellement aussi concernés par la réputation de l’industrie dans le débat social général. Mais pas aux yeux de nos clients, qu’on considère comme la bonne banque. Il est également attesté qu’on a fait moins d’erreurs que les autres. Toutefois, on ne peut pas non plus échapper aux exigences réglementaires, qu’on touche plus qu’il n’est absolument pas nécessaire. Mais, on s’identifie au secteur bancaire et on veut apporter une contribution à l’amélioration de la perception des banques par le public. On est convaincu que cela inclut la création de la transparence. Il est important de montrer aux clients qu’on n’est pas seulement intéressés par un compte de résultat, et de reconnaître qu’il y a d’autres parties prenantes que les actionnaires. Avec l’ancienne définition de la responsabilité sociale des entreprises en soi, les banques se portent en fait assez bien. On soutien de nombreuses initiatives, mais ce n’est pas l’objectif principal. Il s’agit plutôt d’améliorer la façon dont on traite les clients individuels. Les politiciens et les protecteurs des consommateurs y veillent de plus en plus.