Vous aimerez faire des économies, mais vous ne savez pas comment placer vos fonds ? Au lieu de garder votre argent sous votre oreiller, pourquoi ne pas choisir parmi les placements financiers les plus prisés du moment ? Les voici.

Les livrets d’épargne

Parmi les méthodes d’investissement les plus populaires, on retrouve bien évidemment en tête de liste les livrets d’épargne. Ces derniers présentent de nombreux avantages, si ce n’est le fait que même les enfants peuvent y accéder, c’est-à-dire qu’on peut investir dans les livrets dès notre enfance. Il s’agit surtout du placement le plus choisi par ceux qui souhaitent placer leurs économies en guise de précaution. L’autre grand avantage d’investir dans les livrets d’épargne est le fait d’avoir une garantie par rapport à son placement. Opter pour le livret d’épargne, c’est aussi pouvoir profiter de son argent, c’est-à-dire qu’on peut retirer la somme qu’on veut en fonction de ses besoins, et ce à tout moment. Enfin, les livrets d’épargne permettent de bénéficier d’un avantage non négligeable en termes de défiscalisation. Vous pourrez en savoir plus sur ce point en consultant les hedios avis.

Les différents types de livrets

Il existe actuellement plusieurs types de livrets d’épargne que l’on choisit en fonction de ses besoins. Le plus populaire des livrets réglementés reste bien évidemment le Livret A, dont le taux d’intérêt est fixé à 0,75%. Proposant ce même taux, le Livret Développement Durable et Solidaire ou LDDS est toutefois basé sur un plafond moins élevé, 12.000 euros contre 22.950 euros pour le Livret A. Parmi les autres livrets connus, on cite également le Livret d’Épargne Populaire (LEP) qui, contrairement aux autres, n’est pas fait pour tout le monde. Seules les personnes respectant un plafond donné en termes de revenu peuvent en bénéficier. Le LEP a toutefois l’avantage d’avoir un taux supérieur par rapport aux autres, à savoir 1,25%. Si les livrets d’épargne peuvent être très bénéfiques pour l’épargnant sur de nombreux points, leurs taux d’intérêt restent quand même moins élevés que la plupart des autres produits d’épargne actuels.

L’assurance-vie

Outre les livrets d’épargne, il existe également une autre méthode de placement très plébiscité par ceux qui souhaitent avoir une garantie par rapport à son épargne, l’assurance-vie. Le taux d’intérêt proposé avec ce type de placement financier varie d’une offre à une autre, mais la moyenne en termes de rendement tourne autour de 3%. Certains contrats d’assurance-vie comme chez hedios et hedios patrimoine peuvent toutefois se démarquer du lot avec un rendement nettement meilleur.

Souscrire à un contrat d’assurance-vie, c’est avant tout dans le but de percevoir des intérêts au fil du temps. Mais le principal objectif du souscripteur est de pouvoir placer son argent de côté, afin de préparer sa retraite ou d’anticiper le financement d’un projet futur. Un épargnant peut aussi choisir de se lancer dans ce type de placement afin qu’une personne qu’il choisit à l’avance puisse en bénéficier suite à un évènement futur. Le fonds investi sera principalement débloqué à la suite du décès de l’épargnant, et le bénéficiaire attitré (conjoint, enfants, frères et sœurs, ou autres) peut le récupérer. Toutefois, celui qui est souscrit à l’assurance-vie reste maitre de son placement durant sa vie. C’est-à-dire qu’il a le plein droit d’en bénéficier, de retirer son argent quand il le souhaite, et de profiter ainsi des intérêts.

Bien que souscrire à une assurance-vie soit une étape simple et accessible à tous, il est à noter que divers frais supplémentaires peuvent être associés au contrat d’assurance-vie. Par exemple, l’assureur peut réclamer des frais d’entrée à l’épargnant, mais également des frais associés à chaque versement. L’assureur touchera aussi des frais de gestion du placement en question, avec un pourcentage qui peut aller jusqu’à 1,5%. Il existe également ce que l’on appelle les frais d’arbitrage, des frais qui entrent en jeu en cas de transfert de fonds.

Le financement participatif

Si les contrats d’assurance, comme ceux proposés par hedios avis, confèrent une certaine assurance chez l’épargnant, il existe d’autres alternatives plus risquées. Et une tendance se dégage d’ailleurs en ce moment en termes de placement financier à risque, le financement participatif.

Également connu sous le nom anglais de « crowdfunding », le financement participatif a pour principe d’investir dans une start-up avec comme objectif de pouvoir profiter plus tard de récompenses liées à la réussite de cette start-up. Il peut s’agir de récompenses en nature ou de récompenses financières. Ainsi, en plaçant votre argent pour financer le projet de la start-up, vous deviendrez contributeur du projet en question. Il s’agit là d’un bon moyen de placer efficacement, mais aussi facilement ses économies, étant donné que vous n’êtes pas obligé d’investir de grosses sommes d’argent (généralement à partir de 100 euros). Par ailleurs, le crowdfunding offre généralement un rendement nettement élevé que les placements classiques, pouvant atteindre les 6%, voire plus.

Toutefois, le financement participatif fait partie des placements les plus risqués, étant donné qu’on se trouve ici loin des circuits financiers habituels. Tout d’abord, l’investissement se fait via une plateforme en ligne qui est moins fiable qu’une institution financière physique comme une banque ou un établissement d’épargne. De plus, en plaçant votre argent sur une start-up, vous prenez le risque d’investir dans un projet qui n’est pas sûr de marcher, et qui peut même être tué dans l’œuf. Mais ce qui est rassurant, c’est que le secteur est en ce moment en plein essor et que le taux de succès des projets est de plus en plus élevé, notamment au niveau des projets culturels.